Quel vin ne contient pas de sulfite ?
Quel vin ne contient pas de sulfite ?

Quel vin ne contient pas de sulfite ?

Le vin sans sulfite existe-t-il ? 

 

Si les vins rouges, blancs ou rosés en contiennent immanquablement, le vin naturel est sans sulfites ajoutés.  Pourquoi ? 

 

Le soufre et la vinification

Le soufre est utilisé depuis plus de 2 siècles dans le processus de vinification. Antiseptique et antifongique, il est chargé de tuer levures et bactéries pour contrôler la fermentation et stabiliser le vin en le protégeant de l’oxydation. Si les sulfites sont naturellement générés par le fruit lors du processus, élaborer des vins sans sulfites ajoutés est possible. 

 

Le vin blanc, rouge, rosé et les sulfites

Les vins blancs, vins rosés, liquoreux et les vins effervescents comme le Champagne ou le cidre, AOP, AOC ou non, sont ceux qui contiennent le plus de sulfites comparés aux vins rouges. Les rouges contiennent en effet des tanins qui agissent comme une protection naturelle contre l’oxydation. Chez certaines personnes, les sulfites sont responsables de maux de tête et chez d’autres des réactions allergiques apparaissent.

 

Le soufre, teneur et quantité

Les taux de sulfites varient de 10 mg par litre pour les vins naturels à plus de 200 mg par litre pour les autres vins. Il n’existe pas de vin sans soufre puisque la fermentation des raisins en produit elle-même, même si c’est à un niveau très faible. 10 mg/litre de soufre total dans une bouteille correspond à 2 verres de vin par jour pour une femme et 3 pour un homme. Il est bien en deçà du seuil de sensibilité de quiconque. 

Découvrir le vin :  Pourquoi boire du vin rouge ?

 

Le vin bio, un produit faible en sulfites ? 

Le vin écologique ou bio n’est pas exempte de sulfites. Les labels, comme AB pour Agriculture Biologique, sont gages de confiance, car ils préconisent une stricte interdiction d’utiliser des OGM et produits chimiques de synthèse lors de la fabrication. Quiconque veut boire de l’alcool et fuir le sulfite ajouté s’orientera donc vers les grands crus, les vins issus de l’agriculture biologique ou les bières. 

 

Les sulfites et la loi

Depuis 2005, les normes européennes imposent aux producteurs d’informer le consommateur de la présence de sulfites. Autrement dit, toutes les bouteilles de vin qui comptent un taux de dioxyde de soufre supérieur à 10 mg par litre doivent comporter la mention « contient des sulfites ». 

 

Le vin naturel en question

Ces vins sont produits le plus naturellement possible de la culture du raisin et du soin des cépages jusqu’aux chais. Les intrants chimiques ne sont quasiment pas utilisés. L’ajout de sulfite est rare. Dans le cadre de la culture biodynamique, on va encore plus loin en termes de naturel. Leurs vins bio sont excellents et récompensés. Toutefois, la fabrication naturelle du vin n’exclut pas une connaissance pointue des réactions chimiques inhérentes au savoir-faire de l’élaboration du vin. 

 

Comment déguster un vin rouge ou blanc naturel ? 

Les odeurs ou goûts particuliers détectés à la dégustation signent que le vin n’a pas été aéré. On veillera donc à carafer le vin et le secouer délicatement. Le vin naturel se conserve à une température maximale de 15 °C, car il n’est pas fixé par des intrants. La fermentation pourrait se réactiver avec une température supérieure. 

Découvrir le vin :  Choisir une animation casino des vins pour un événement ?

 

Un AOP ou un AOC vous régalent ? 

Un vin sans sulfite n’est pas ruineux : autour de 5 euros la bouteille. Mais si vous aimez les bons crus AOC et AOP, il faudra compter jusqu’à 80 euros ou plus. Chardonnay blanc, vins de Bourgogne, bio ou non, le choix des sans sulfites est varié. On ne se trompera pas avec le « Soufre Coupé », Côtes -du -Rhône bio labellisé « Vin de France », frais et gourmand. Le Gewurztraminer Nature, AOC Alsace accompagne vos repas de fêtes et vos poissons. Les Champagnes sans sulfites sont aujourd’hui répandus et les vins de Bordeaux, comme le Saint-Émilion, se sont aussi convertis à la production sans sulfites ajoutés.